Page en cours de chargement

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l’utilisation des cookies.

Je comprends

Bauges – Le Grand Roc

Reportage

DIMANCHE 5 JUILLET 2020 : LE GRAND ROC

Cette sortie est proposée par Mylène et Jean-Louis, au cœur des Bauges.

Le départ, à deux voitures, se fait de Parilly.
Nous accueillons deux nouveaux accompagnateurs : Emmanuelle, introduite par Marie, et Georges, initié par Pascale.
On récupère Christelle qui fait du stop sur l’autoroute au niveau de Pont-de-Beauvoisin et après une petite pause-café sur l’aire du Granier, nous retrouvons le groupe des montagnards sur place, sous le col de Tamié.

C’est à 9h20 que nous nous mettons en route.
Dès le départ, ça monte… sec… On avait été prévenu par la fiche technique de Mylène et Jean-Louis ! Pour l’instant donc, tout est conforme.

Nous marchons en sous-bois, ce qui est fort agréable. Nous passons un petit torrent, puis une rivière à sec. Et ça monte toujours.
Pascale me cueille une Reine des Prés, j’y retrouve bien l’odeur âcre de l’aspirine, à moins, bien sûr, que ce soit mon imagination…

Le terrain se corse sérieusement, racines, pierres, arbres couchés viennent mettre quelques embûches, afin que la première séance de guidage pour nos nouveaux accompagnateurs ne soit pas trop facile non plus… On leur apprend les rudiments : les « entre-deux » et Jean essaie de les embrouiller en leur parlant des « deux et demi » quand ils sont étroits (entre deux et trois) et des « entre-deux seize » quand ils sont « treize et trois) (A lire à haute voix !!!)

Nous faisons une petite halte pour reprendre notre souffle au Col du Haut du Four, où l’espace autour de nous se dégage. Finis les sous-bois, voici la lumière, le soleil et le Mont Blanc à l’horizon, mais on grimpe toujours.

Mylène donne quelques explications à Guy sur les oiseaux du coin : le troglodyte mignon et le pinson des bois, avec leur chant caractéristique, mais j’arrive trop tard pour assister au cours !

Après le passage d’une barrière nous continuons sur les crêtes et traversons des zones cabossées où visiblement des sangliers sont passés par là et ont tout labouré. Pascale me décrit toutes les fleurs autour de nous, à dominante de jaune et de violet. La montagne est toujours plus belle en début d’été…

On arrive au Mont d’Orisan, ça ressemble un peu aux montagnes russes. On n’ira pas jusqu’au Grand Roc car on s’arrête avant pour piqueniquer, étant donné qu’il est déjà 13h, et qu’on a tous très faim.

Comme annoncé sur le programme, les sommets des Bauges et de Belledonne forment un joli panorama, et, cerise sur le gâteau, le Mont Blanc, d’autant plus majestueux ce jour qu’il est totalement dégagé !

Le chocolat des uns et des autres apporte une note de douceur supplémentaire au dessert, et notre organisatrice nous a confectionné un quatre-quarts au citron !!!

Puis, on redescend vers les chalets d’alpage d’Orisan, avant de remonter, sur un chemin très étroit à travers un petit pierrier pour regagner le col du Haut du Four. Ceux qui ont le vertige ne traînent pas !

Jocelyne V. s’étonne d’être en pleine montagne, si loin de tout, tout en ayant une vue plongeante sur la ville d’Albertville tout en bas.
Après le col, nous rebasculons dans le sentier qui plonge à nouveau sous les sous-bois, très agréables à présent, car il fait nettement plus chaud que ce matin.

Et nous revoici aux voitures à 17h.

Nos deux nouveaux accompagnateurs ont eu l’occasion de nous guider, à la montée comme à la descente, sur du terrain bien raide et quelque peu accidenté !
Bravo à eux ! En plus, ils ont l’intention de revenir !

Malgré une recherche intensive sur internet, on ne trouve pas de bar à proximité, alors, on se quitte pour rentrer dans nos chaumières respectives.
Nous rencontrons de nombreux ralentissements dus à des embouteillages suite à un accident sur l’autoroute dont nous ne verrons aucune trace, mais nous rentrons quand même avant la nuit !

Merci Mylène et Jean-Louis pour votre rando sportive, car on a LARGEMENT dépassé les mille mètres au final, sans même atteindre le Grand Roc.
Le terrain était très agréable et varié,  et la compagnie joyeuse !

Merci à tous pour votre bonne humeur !

Jocelyne BRIGGS

Description

5 juillet 2020

Les inscriptions à cette randonnée sont fermées.

Heure de départ et lieu du rendez-vous de la randonnée

Départ : LYON = 7h00 Place Jules Grand Clément (métro ligne D – station Parilly).
Rendez-vous : 9h00 – au parking Route du col de Tamié par Frontenex, Tournon, Verrens-Arvey.
Petit parking (814 mètres d’alt.) à gauche de la route, 400m après le lieu-dit «Sous le col».

Activité

La petite bête qui monte, qui monte, qui monte pour atteindre le col du Haut-du-Four après près de 2 h de montée soutenue. L’itinéraire continue de grimper pendant plus d’1h15 jusqu’aux crêtes ondulées du Mont d’Orisan (1762 mètres d’alt.) et peut-être jusqu’au sommet du Grand Roc (1814 mètres d’alt.). Amis randonneurs, nous avons bien mérité d’enfiler nos maillots blancs à pois rouges de meilleurs grimpeurs ! Depuis les crêtes, l’espace ne manque pas pour pique-niquer, avec vue imprenable sur les sommets des Bauges, de Belledonne et aussi du Mont-Blanc !

Pour le retour, « y’a plus qu’à », faire une petite boucle par la ferme d’Orisan, traverser un court éboulis, emprunter une étroite sente pour rejoindre le col du Haut-du-Four puis descendre, descendre, descendre jusqu’aux voitures.

Cotations

Niveau 2 – Difficulté 2
Dénivelé : 1000 m.             Durée : 5h30

Équipement

Comme toujours, bonnes chaussures de marche, bâtons, vêtement de pluie, vêtement chaud, lunettes de soleil, crème solaire, eau, pharmacie perso, encas, pique-nique et autre selon les talents culinaires de chacun…

Animateurs

Mylène IMBERT et Jean-Louis BERNARD –  tel. : 06 71 88 49 02

Covoiturage

27 € à remettre à votre chauffeur sur la base de 4 personnes par véhicule au départ de Lyon

Télécharger la fiche