Page en cours de chargement

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l’utilisation des cookies.

Je comprends

CHAMONIX – Randonnées en Suisse

Reportage

7 ET 8 SEPTEMBRE 2019 : WEEK-END CHAMONIX/SUISSE

Ce week-end dans le pays de Guy GERARD a été proposé plusieurs fois à GTA, souvent autour du mois de septembre, et, curieusement, je n’ai jamais réussi à m’y inscrire.
Mais cette fois-ci, je ne veux pas laisser passer cette date, et je m’inscris très rapidement, car je ne connais PAS DU TOUT cette région des Alpes. J’ai traversé Chamonix en route pour le Bishorn ou ailleurs, mais je n’ai jamais parcouru les rues de cette ville, ni les chemins de ses sommets.

Ce sont Jocelyne VERNAY et Guy qui nous ont concocté ce week-end, avec des randonnées en Suisse.
De nombreux membres du Rotary Club ont décidé de s’y inscrire également, ce qui fera un groupe totalisant 21 personnes (et 22 le dimanche) ! Pas mal pour un week-end de rentrée !!!
Petit bémol, la météo s’annonce plutôt maussade et bien grise, avec de la fraîcheur dans l’air.

Jocelyne V. nous donne des indications pour constituer les voitures au départ de Lyon.
La voiture de Christiane dans laquelle je me trouve part bien à l’heure, ne se perd pas, ne rencontre aucun embouteillage, ne fait qu’une pause de dix minutes, et arrive pourtant largement la dernière au point de rendez-vous au parking de la Gueulaz au-dessus du barrage du lac d’Emosson. On a mis trois heures trente en tout, ce qui reste un grand mystère pour notre chauffeur aussi bien que pour les quatre autres passagers…
Mais comme ils sont gentils, ils nous attendent en essayant de se réchauffer tant bien que mal, car la température est vraiment frisquette. Il faut dire que ce parking se situe aux alentours de 2000m d’altitude.
Nous nous empressons de nous équiper pour ne pas aggraver le retard du départ dont nous sommes déjà responsables.

Comme indiqué par Jocelyne V., nous longeons le lac et son barrage dans une ambiance écossaise du fait de l’épais brouillard qui nous enveloppe. Nous traversons le long tunnel prévu, puis un autre plus petit et quittons rapidement la route pour grimper le long d’un joli chemin. Le terrain devient vite escarpé, semé de rochers, de racines, d’obstacles classiques pour un sentier de montagne. Etant donné que nous sommes cinq DVs, nous avons tout loisir de changer d’accompagnateurs très régulièrement, et d’en essayer de nouveaux !

Nous ne faisons pas de vraie pause avant le sommet, car nous sommes partis tellement tard qu’il ne faudrait pas non plus que le piquenique ait lieu à l’heure du goûter !
Tout le monde – et pas seulement nous, les DVs pour une fois – imagine le très beau paysage du massif des Aiguilles Rouges au-dessus du lac, sur fond du massif prestigieux du Mont Blanc.

C’est à 14h que nous arrivons enfin au sommet du Bel Oiseau, à 2670m, après un petit passage technique de pierriers, bien chaotique mais très court. Il y a de nombreux caïrns à l’abri desquels nous nous asseyons, et, contrairement à ce que nous craignions, il n’y a pas trop de vent.
Les boissons chaudes sont les bienvenues, vu la température bien fraîche. Diverses gourmandises circulent, salées et sucrées, mais nous ne tardons pas à redescendre, car le sentier sera tout aussi escarpé à la descente !

En effet, il nous faut nous concentrer sérieusement pour redescendre vers le Lac. Micha, le chien de Sylsie, gambade joyeusement et s’en donne à cœur joie ! Je ferai tomber mon accompagnatrice deux fois, mais elle survit !
On prend un petit raccourci bien raide, puis, plus bas, après les tunnels, Nicolas aperçoit le Glacier du Tour et celui du Trient, face à nous, se dégageant de la brume. Il constate avec tristesse qu’ils ont beaucoup reculé ces dernières années.

Nous regagnons les voitures pour rejoindre notre gîte du Moulin à Montroc, situé à une bonne demi-heure de là, de l’autre côté de la frontière.
Certains, plus gourmands que les autres, feront halte dans les boutiques de chocolat suisse qui jalonnent l’itinéraire. Personnellement, je ne m’y arrête pas, non pas que je ne sois pas gourmande, loin s’en faut, mais parce que j’ignorais leur existence !!!

Nous arrivons au gîte peu avant six heures. Les chambres (une de dix, une de sept, une de quatre) sont accueillantes. Certains se précipitent sous les douches tandis que d’autres se ruent sur les bières, à chacun son point faible ! La salle à manger, où d’autres groupes mangent en même temps que nous, est particulièrement bruyante et résonne de tout côté. Pour ma part, je trouve difficile et fatiguant de maintenir une conversation.
Le dîner, à couleur végétarienne, ravit certains, en déçoit d’autres, bien que le gâteau aux noix et myrtilles semble rallier tout le monde.
Le petit déjeuner du dimanche est prévu vers 7h.

 

DIMANCHE 8 SEPTEMBRE.

Au petit déjeuner, on se retrouve sans trop savoir quel sera le programme de la journée.
Jocelyne V. et Guy nous proposent une concertation dans le petit salon à 8h30. Il pleut mollement et le ciel est très bas, sans aucune visibilité.
Jocelyne V. propose plusieurs options : rando escargots, rando classique, visite de musée à Martigny ou à Cham.

Le groupe de marcheurs, constitué de sept personnes au début, se réduit à quatre au fur et à mesure des discussions et de la pluie qui s’intensifie. J’explique que pour nous, DVs, la perspective de marcher sous la pluie n’est guère alléchante :

1) Les capes souvent très longues traînent par terre et on se prend les pieds dedans,

2) Les prises de main sur le sac sont camouflées par la cape de notre guide et nos doigts glissent désespérément sur la surface lisse et mouillée à la recherche d’une prise efficace,

3) Et la position de notre main tenue en l’air laisse à la pluie tout loisir pour s’infiltrer dans notre manche, se faufilant sournoisement jusqu’à l’aisselle en quelques minutes.

Toutes les personnes du Rotary Club, à l’exception de Nicolas Foucher, décident de rentrer sur Lyon, pour rejoindre leurs familles qu’ils ont abandonnées pour ce week-end d’escapade.
Reste à savoir si les autres iront à Martigny ou à Chamonix pour visiter un musée. Martigny impliquant quarante minutes de voiture, dans chaque sens, certains chauffeurs ne sont pas très enthousiastes, car nous avons déjà pas mal roulé. On opte pour le musée de l’alpinisme au cœur de Chamonix, en espérant le trouver ouvert, car les informations à son sujet sont contradictoires.

Nos quatre marcheurs partent vers 9h en direction du sommet des Posettes.

Et nous prenons la direction du centre-ville de Chamonix, après avoir laissé nos voitures chez Guy. Malheureusement, le musée de l’alpinisme est fermé, et comble de malchance, celui des cristaux garde, lui aussi, ses portes closes, pour cause de travaux.

Les cloches de l’église sonnent à toute volée, essayant de nous appeler, mais comme il se met à pleuvoir plus dru, nous nous réfugions au Café Gourmand, où les odeurs des chocolats, pâtisseries et autres friandises mettent notre odorat à rude épreuve. Certains succombent d’ailleurs à la tentation, malgré les tarifs pratiqués quelque peu prohibitifs, on est quand même à Cham, ne l’oublions pas !

Puis, comme c’est le jour de la braderie de Chamonix, nous parcourons les rues, allant de boutique en boutique, flânant au gré des enseignes, musardant de magasin en magasin…
Certaines font quelques affaires, d’autres se rabattent sur le saucisson ou le fromage local.
Puis nous regagnons l’appartement de Guy qui nous héberge pour y piqueniquer. Il ouvre une bonne bouteille de rouge et on se met à grignoter. Guy fait remarquer à Lise et à moi-même que nous occupons toutes les deux les deux places les plus convoitées autour de la table, celles près de la fenêtre avec vue imprenable sur le Mont Blanc et le glacier des Bossons. La raison de ce traitement de faveur vient du fait qu’il n’y a, ce jour, aucune visibilité et que le Mont Blanc et son glacier restent irrémédiablement enfouis dans le brouillard !!!

Par contre, et en guise de consolation, nous pouvons toucher tour à tour la carte en relief du Mont Blanc située sur le mur derrière nous. Elle est nettement plus parlante que la vue au-delà du balcon et ce, pour tout le monde !

Nous sirotons le café, attendons le retour d’expédition de nos vaillants marcheurs.
Vers 14h, Maurice, l’ami de Sabine qui habite dans le secteur, nous rejoint pour nous saluer.
Les 4 randonneurs arrivent peu avant 15h.

Un peu inquiets à l’idée de remettre trois heures trente pour rentrer, nous nous pressons de regagner notre voiture, sans avoir l’occasion, pour ma part, de dire au revoir à tout le monde. Je le fais donc à travers ce petit compte rendu.

Dans la voiture, Betty nous résumera la randonnée à laquelle elle a participé : très bon chemin, peu de pluie finalement, un peu de grésil, un rayon de soleil discret, et, cerise sur le gâteau, une cabane pour y piqueniquer à l’abri du froid. Elle est enchantée.

Merci Jocelyne et Guy pour avoir organiser ce week-end, et aussi à toi Guy pour nous avoir accueillis dans ton appartement. La logistique était parfaite. Le paysage, derrière le brouillard, sans doute très somptueux.
Merci également à nos amis du Rotary pour avoir voulu partager un week-end complet avec nous.  

A très bientôt sur les chemins.
Jocelyne BRIGGS

Description

7 septembre 2019 au 8 septembre 2019

Les inscriptions à cette randonnée sont fermées.

Heure de départ et lieu du rendez-vous

Départ de Vénissieux le samedi 7 septembre à 6h45 Place Jules Grand Clément (métro ligne D – station Parilly)
Rendez-vous à 9h30 au parking du barrage du lac d’Emosson

Accès : Depuis Chamonix, prendre la direction d’Argentière puis Vallorcine. Traverser la frontière suisse et tourner à gauche peu après en direction de Finhaut. De là, suivre la route qui s’élève franchement jusqu’au parking du barrage du lac d’Emosson, à la Gueulaz.

Activité

Guy nous fait découvrir 2 belles randonnées chez nos voisins suisses, proche de son pays natal …Chamonix !

Samedi : « Le Bel Oiseau »
Placé au bout du Vallon de Barberine et à l’extrémité ouest du Lac d’Emosson, le Bel Oiseau se présente comme un magnifique observatoire sur une immensité de cimes du Valais, du Massif du Mont-Blanc, et du Haut-Giffre.
Après la traversée d’un tunnel, c’est parti pour une bonne mise en jambe de 1.300 km sur une route bétonnée avec vue sur le lac d’Emosson.
Puis nous monterons dans la combe herbeuse tranquillement, pour accéder à un premier replat proposant une jolie perspective sur le lac.
La sente se fait plus raide le long du torrent, puis l’on progresse sur de vastes pelouses offrant une vue dégagée sur toutes les cimes qui nous entourent.
Arrivés au col après une petite ascension dans un pierrier, nous nous élèverons jusqu’au sommet en grimpant dans l’amoncellement rocheux.
Aucune difficulté n’est à signaler pour cet itinéraire.

Dimanche : « A la découverte des glaciers du Trient et des Grands »
Après une montée en forêt d’environ 2h30, nous apercevrons le col de la Balme et emprunterons un sentier discret qui rejoint le chemin du tour du Mont Blanc. Longue traversée, escarpée en direction de la cabane des Grands sur un chemin balcon. Quelques passages rocheux, des montées, des descentes … nous mèneront à la cabane des Grands (2113 m) avec vue magnifique sur les glaciers du Trient et des Grands.
Nous pique-niquerons à la cabane gardée, nous profiterons de la source pour faire le plein d’eau. Vente de boissons sur place si vous le désirez.
Le retour se fait par un bon chemin sans difficultés particulières.

Le samedi soir, nous dormirons au gîte Le Moulin à Argentière (lieu-dit Montroc)

Randonnées :
J1 : Le Bel Oiseau 660m de dénivelé- aller-retour 5 h
J2 : La cabane Les Grands 900 m de dénivelé –  boucle de 6h30

Cotations

J1 : Niveau 2 – Difficulté 2
J2 ; Niveau 3 – Difficulté 3

Équipement

Bâtons, sac à dos, vêtements chauds, bonnes chaussures, lunettes de soleil, crème solaire, 2 pique-niques, en-cas énergétiques, eau.
Nécessaire de toilette. Pour l’hébergement, prévoir drap sac.

Animateurs

Guy Gérard – guyditcadet@orange.fr – tél 06 37 65 93 44

Jocelyne Vernay – jocelyne.vernay@bbox.fr – tél. 06 60 76 71 22

Tarif

42.50 € comprenant 1 nuit et la demi-pension. Possibilité de panier pique-nique : 10 €

Covoiturage : 

43 € à remettre à votre chauffeur sur la base de 4 personnes par véhicule au départ de Lyon

 

======================================================

 

Bulletin d’inscription
Week-end Chamonix/randonnées en Suisse les 7 et 8 septembre 2019
Limité à 20 participants (15 GTA + 5 Rotary Lyon)

Tarif : 42.50 € – nuit et demi pension – rajouter 10 € si vous souhaitez 1 pique-nique

Inscription sur l’espace adhérent  au plus tard  le 19 août 2019.

Bulletin et règlement à retourner par courrier à :
Bernard DUBOUCH
26 rue Camille Roy
69007 LYON

accompagné de votre règlement par chèque bancaire à l’ordre de GTA Handic’Alpes
Si vous réglez par virement, merci de prévenir Bernard par mail (dubouch.bernard@neuf.fr) en indiquant le nom du séjour et le montant

Inscrit : …….nombre de personne(s) 

Nom……………………………………..Prénom …………………..

Nom……………………………………..Prénom …………………..

Pique-nique :
Régime particulier :

 Règlement par :

o   Chèque bancaire                                  o   Virement

 Fiche d’inscription à retourner au plus tard le 19 août 2019

Télécharger la fiche