Page en cours de chargement

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l’utilisation des cookies.

Je comprends

Le Pic Saint-Michel – Vercors

Reportage

C’est la première sortie du mois d’octobre, et oui, ça sent l’automne.

On part de Parilly à neuf personnes soit deux voitures, et après une pause-café sur l’ai d’autoroute de Jean, on arrive, tranquillement, au parking du départ.

On part à 9h15. La partie plate est très brève, car très vite on attaque la montée. Il y a du brouillard. Les sections plus raides vont s’alterner avec les replats, permettant à chacun de retrouver son souffle. On atteint le sommet du Pic ST Michel (1961 Merci Michel T), vers midi. On redescend légèrement pour s’installer sur une jolie plateforme en pelouse repérée en juin dernier par Bernard.

On ne traîne pas au piquenique car il fait carrément frisquet. On redescend d’un autre côté, en passant par le Col de l’Arc. La pente étant bien raide et caillouteuse, il faut se concentrer. Le brouillard est très épais, et avant 15h, une obscurité s’abat sur nous à tel point qu’on a l’impression que la nuit va tomber, comme vers 18h. C’est assez perturbant. Serait-ce là une nouvelle manifestation du changement climatique ? Non, en fait, pas d’affolement, le ciel se dégage un peu et la luminosité se fait plus clémente.

Très rapidement on arrive à un petit café. Il est 15h30. Ils ferment à 16h… pour deux mois ! Ouf, on a eu chaud ! Pour un peu on rentrait à Lyon avant 17h, dans un état de déshydratation avancée ! On prend donc un verre juste avant la fermeture.

On a quand même gravi 750m sur une courte distance.

On rentre à Lyon, Michel LANDRY raccompagne gentiment les villeurbannais, tandis que moi, je me fais raccompagner à domicile par mon galant chauffeur dans sa voiture rouge.

Bien sympa la sortie Michel L, même si nos accompagnateurs n’ont pas vu grand-chose du paysage. Bon, après tout, ils n’ont qu’à faire comme nous les DVs, se l’imaginer le paysage, beau, très beau même, encore plus beau qu’en réalité. C’est ça le secret de la visualisation !

Merci beaucoup Michel L pour cette jolie sortie, et merci à tous les accompagnateurs aussi.

Jocelyne Briggs